AMF

AMF confiant après une année difficile

Pour l'année 2021, AMF voit les signes prometteurs d'une nette reprise.

L'an passé n'a pas été simple pour Andreas Maier GmbH & Co. KG (AMF). Le chiffre d'affaires a baissé d'environ 20 % pour atteindre tout juste 40 millions d'euros. Toutefois, pour l'entreprise traditionnelle, il existe aussi des aspects positifs dont on avait déjà posé les jalons auparavant.

Johannes Maier, associé directeur d'AMF, explique : « L'an passé n'a pas été simple pour nous, mais nous voyons dans l'année 2021 les signes prometteurs d'une nette reprise. »

En s'implantant dans un nouveau secteur en expansion, AMF a réduit sa dépendance à la construction de machines et à l'industrie automobile. Dans ce secteur, les produits innovants, la production automatisée et l'optimisation des process sont les garants d'un bon développement. Et puisque le personnel permanent a pu être entièrement maintenu, l'entreprise pense être bien placée pour atteindre la reprise prévue. La demande croissante depuis décembre et le volume de commandes nettement plus haut en janvier comparé à l'an dernier nous incitent à l'optimisme. Cet optimisme se traduit par une augmentation de 50 % des investissements prévus pour cette année pour le leader du marché dans les secteurs du bridage, du serrage et de la fermeture.


« Rendre AMF résistante à la crise : telle était déjà ma devise il y a deux ans. L'an dernier, ça nous a aidés », explique Johannes Maier, associé directeur d'Andreas Maier GmbH & Co. KG à Fellbach. Toutefois, l'entreprise familiale traditionnelle de Fellbach a dû y laisser beaucoup de plumes en 2020. Environ 20 % des pertes assurent un maintien du chiffre d'affaires d'un peu moins de 40 millions d'euros à la fin de l'année. Johannes Maier ne souhaite pas parler des causes. Après tout, on peut trouver quotidiennement dans les médias des informations les concernant. Le directeur général parle bien plus volontiers de ce qui rend confiant, « car il y a eu de quoi être confiant l'an dernier aussi ».

Les aspects positifs et les économies aident

Ainsi, AMF a pu continuer de s'établir dans des branches en plein essor et réduire sa dépendance à la construction de machines et au domaine automobile. « Les clients dans les domaines de l'industrie agroalimentaire, de la chimie, la santé et la communication ainsi que dans l'industrie optique sont très ouverts à nos solutions dans l'automatisation et l'optimisation des process », souligne Johannes Maier. Ainsi, AMF se dissocie des cycles d'investissements des secteurs traditionnels.

À l'internationale, c'est surtout l'Inde qui a pesé négativement dans le budget. En revanche, on peut se réjouir de la forte remontée des ventes aux États-Unis. Du point de vue des coûts, des économies ont pu être faites en 2020 grâce aux salons annulés. Étant donné que parmi les 55 participations aux salons prévues dans le monde entier, la plupart n'ont pas pu avoir lieu, il n'y a pas non plus eu de frais d'exposition, d'hôtel ou de voyage. « Cela nous a aidés, même si en même temps le manque de contact humain nous affecte. » Johannes Maier se réjouit d'avoir pu conserver tout son personnel. « Il était important pour nous de ne pas licencier notre personnel permanent. », explique Johannes Maier, soulagé.

Demande et volume de commandes en hausse par rapport à l'an passé

Johannes Maier voit dans l'année 2021 un motif d'optimisme, avec une nette hausse de la demande depuis décembre et un volume de commandes pour janvier déjà nettement plus haut que l'an passé. AMF répond à cet optimisme à travers un plan d'investissements à nouveau croissant. Avec 1,5 millions d'euros, l'entreprise prévoit pour 2021 des dépenses considérablement plus grandes que l'an passé, principalement pour les logiciels, la technique de mesure, et une précision encore plus élevée dans sa propre production. « Dans ces nouveaux secteurs, nos clients ont des exigences en partie beaucoup plus grandes », constate Johannes Maier. Mais il se réjouit de devenir toujours plus compétitif.

Retour